AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 #1742. I KNEW I LOVED YOU. (-16)

Aller en bas 
AuteurMessage
Emrys Daniels

avatar

Messages : 171
Avatar : Ian Somerhalder.
Credits : Eléa ; Nothing Else Matters (avatar).
Poste : Ingénieur en police scientifique.
Statut : En couple.
Age : 27

MessageSujet: #1742. I KNEW I LOVED YOU. (-16)   Ven 17 Fév - 3:06

Citation :
Maybe it's intuition...
...I know that it might sound more than a little crazy but I believe.





Quelques jours auparavant, Katniss et moi partagions un baiser passionné, que j'avais provoqué, tellement la situation devenait insupportable. J'étais littéralement entre deux feux, une femme attachée à moi, avec qui je passais de nombreux bons moments, une autre amoureuse, que je connaissais presque trop bien. Cette dernière avait chamboulé ma vie, depuis un soir où nous avions failli coucher ensemble. Je désirais à la fois oublier ce soir et le garder en mémoire, symboliquement. Mais il s'agissait bien d'une renaissance entre elle et moi. Une relation sous un nouveau jour, celui de l'amour. Je n'étais pas encore prêt à lui avouer, mais c'était bien le cas. Tout ce qui me paraissait au début inhabituel, étrange, devenait de plus en plus naturel. Je savais à quoi m'attendre avec elle, de ses paroles, ses gestes, presque tout. Ce baiser partagé au restaurant fut engagé par elle, ce que j'avais voulu, au fond. Quant au reste de la soirée, il se passa tranquillement, dans une ambiance gaie, quelque peu romantique. Tout cela m'amena à l'inviter chez moi. « Ça me dit plutôt bien oui. » Ce n'était pas comme si elle ne connaissait pas mon appartement, après tout. Nous avions cette habitude de terminer nos soirées chez l'un ou l'autre, mais cette fois, cela allait avoir un goût différent, à n'en pas douter. Contrairement à ces hommes qui auraient pu être inquiet quant à des attentes particulières de leur petite-amie, j'étais pour ma part très confiant autant en moi qu'en la situation, ce qui devait se ressentir, évidemment. « J'ai adoré notre début de soirée en tout cas... j'ai bien fait de t'inciter à venir. Puis c'est rare de te voir en costume alors que ça te va si bien. » Me dit-elle, taquine, alors que nous roulions en direction de chez moi. Elle était en effet, avec Noah, celle qui m'avait le plus prié de venir. Je n'aurais pas pu passer une meilleure soirée, à l'évidence. « Tu as bien fait, oui. Et heureusement que c'est rare, ce n'est pas le plus confortable à porter. Dieu merci, ma vocation n'était pas le business. » Les pauvres, ils portent souvent des costumes de travail. Je souris et sortis mon portable de ma poche, avec l'intention d'envoyer un message à Bonnie. Car oui, malgré le fait que j'étais avec Kat, je pensais tout de même à elle. J'avais beau prévu de la quitter, mon affection pour elle ne diminuait pas pour autant. Tout en gardant ma concentration essentiellement sur la route, je tapotai sur l'écran tactile de mon portable. La soirée était sympa. Je rentre avec Katniss. J'espère que tu vas mieux, appelle-moi si besoin. Très sommaire, certes. L'avantage était que Katniss n'était censée être que ma meilleure amie. Bonnie n'allait certainement pas se faire un sang d'encre à cause d'elle... Ironie du sort, vous pouvez le dire. « Ce qui est bien, c'est que je n'ai pas à mentir à Bonnie, elle ne va pas s'inquiéter si elle me sait avec toi... » Dis-je en tirant une petite grimace, dû au fait que j'étais tout de même mal à l'aise vis-à-vis d'elle, et il y avait de quoi. J'aurais aimé la voir avant, pour en discuter avant. Le concours de circonstances m'en avait empêché. Bientôt, nous arrivâmes devant chez moi. Après s'être garé, nous montâmes jusque devant ma porte, que j'ouvris et refermai vite derrière le passage de Kat. Mon appartement était nickel, comme d'ordinaire. Seules de rares fois, lendemains de soirées, je pouvais négliger l'ordre et la propreté... Mais ça ne durait jamais longtemps, étant donné que j'avais horreur du désordre. Je n'étais pas comme ça, adolescent, j'étais à vrai dire tout le contraire. Mais ma profession m'avait changé et c'était une bonne chose. La décoration était quant à elle assez sobre, mais très personnelle. Quelques photos ici et là, peu de bibelots, d'extravagance. Les couleurs donnaient dans les rouges, bordeaux, orangés, que des teintes chaudes. Après avoir retiré mes chaussures et ma veste, mon téléphone sonna. Et c'était Bonnie. Cela me rappela un souvenir, au moins cette fois nous ne faisions rien de spécial. Je fis signe à Kat de faire comme chez elle. « Si t'as faim, soif... Ou si tu veux mettre la télé ou encore la musique... » Dis-je en lui adressant un clin d’œil, avant de décrocher. Elle voulait me demander des nouvelles, comment était la soirée, en détails bien sûr, etc... Je déboutonnai la moitié des boutons de ma chemise, et me dirigeai dans ma chambre pour troquer mon pantalon de costume contre un simple jean. Ce après quoi je revins dans le salon et m'appuyai contre le rebord de la fenêtre. « Comment étaient les femmes ? » Je me tournai vers Katniss en souriant. « Il y en avait de très belles. Tu aurais eu de la concurrence. » Je pariai qu'elle m'aurait frappé sur ce coup, d'ailleurs je le sentis à sa voix. Elle en rit tout de même à l'autre bout du combiné. « On peut se voir demain Bonnie ? J'aurais quelque chose à te dire. » Ce qu'elle accepta, après avoir soupiré un peu. C'est vrai que j'avais été assez franc sur ma manière de formuler la chose. Ça veut tout dire, en général. Je ne tardai pas à raccrocher et posai mon portable sur le rebord intérieur de la fenêtre. Je reportai mon attention sur Kat et souris vaguement. « Je dois sûrement avoir une tenue à toi ici aussi... Quelque chose de plus.. décontracté que cette robe. » Si mes souvenirs étaient bons, une petite robe toute simple, assez courte, dans des tons bleus, devait trainer dans un tiroir de mon placard.


Dernière édition par Emrys Daniels le Sam 18 Fév - 11:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katniss Blackwood
∫ Heaven is a place on earth with you.
avatar

Messages : 680
Avatar : Nina Dobrev.
Credits : Cosmic Love (pseudo), MARLEY SMITH. (avatar), tumblr (gif), Aaron (lyrics).
Statut : Célibataire.

❝ I feel homeless ❞
Multinicks.:
Jukebox.: Lana Del Rey - Video games.
Until now.:

MessageSujet: Re: #1742. I KNEW I LOVED YOU. (-16)   Ven 17 Fév - 5:54

Citation :

it’s for you I walk through a storm
it’s for you I lay me down
there is nothing that I wouldn’t do for you
when you call I’ll be right there


« Tu as bien fait, oui. Et heureusement que c'est rare, ce n'est pas le plus confortable à porter. Dieu merci, ma vocation n'était pas le business. » C'est sûr que comparé à un jean et à un t-shirt, le smoking était loin de remporter la palme du confort. C'était chic, élégant et distingué mais pas toujours très pratique, je devais l'admettre. Mais bon, la tenue de soirée était exigée de temps en temps par principe, et il s'agissait au moins d'un plaisir pour les yeux. « Il faut souffrir pour être beau. » me moquai-je gentiment, pouffant légèrement de rire. « Et puis tu as de la chance, tu ne ressembles pas à un pingouin comme certains. Non, tu as la grande classe. » ajoutai-je mielleusement, me doutant que ce compliment ferait son petit effet. Les hommes adoraient qu'on les brosse dans le sens du poil, et tout particulièrement Emrys. Cela ne signifiait pas que je ne pensais pas mes mots, au contraire. Ce n'était pas mon genre de mentir là-dessus en règle générale, ou alors c'était très rare. « Et toi tu as choisi de bosser avec des morts plutôt qu'avec des vivants, donc j'imagine que ton style vestimentaire ne leur pose aucun problème. » m'amusai-je sans vouloir paraître offensante, souhaitant simplement continuer notre trajet en voiture dans la bonne humeur. Je vis alors Emrys sortir son téléphone portable afin d'écrire un texto. « Tu ne sais pas que les téléphones sont interdits au volant ? Je ne tiens pas à avoir un accident. » Une nouvelle fois, c'était plus pour l'embêter qu'autre chose. Et il le comprit sûrement au petit sourire qui étira mes lèvres. Après tout, il n'était pas le seul à envoyer des textos ou à téléphoner au volant, ça m'arrivait également, sans pour autant que ça ne devienne une habitude bien-sûr. Tant que je n'étais pas distraite, tout allait pour le mieux. « Ce qui est bien, c'est que je n'ai pas à mentir à Bonnie, elle ne va pas s'inquiéter si elle me sait avec toi... » Il grimaça et j'approuvai d'un léger hochement de tête. Non, c'est sûr qu'elle ne devait pas me considérer comme une menace pour son couple et pourtant... Emrys allait la quitter pour moi. « C'est vrai qu'elle ne doit pas se douter une seule seconde que tu puisses être intéressé par moi. » Mais comme quoi, il fallait toujours se méfier des apparences qui pouvaient s'avérer trompeuses. Et je savais de quoi je parlais bien entendu. Nous arrivâmes finalement chez Emrys, nous retrouvant rapidement à l'intérieur de son appartement. Appartement qui était comme un deuxième chez-moi puisque j'y passais de nombreuses heures au point d'y oublier parfois quelques affaires. Le téléphone de mon meilleur ami sonna alors que je retirai mon manteau, le déposant sur une chaise. « Si t'as faim, soif... Ou si tu veux mettre la télé ou encore la musique... » Je lui souris avant de me déchausser, histoire d'être plus à l'aise. C'était bien beau les talons, mais ma préférence allait tout de même aux pieds nus, il n'y avait rien de plus confortable. La voix d'Emrys se rapprocha et lorsque je me retournai, son pantalon avait laissé place à un jean. Lui aussi s'était mis à l'aise. Néanmoins il avait toujours se chemise, celle-ci étant à moitié ouverte, dévoilant ainsi son torse musclé. Quelle belle vue. « Comment étaient les femmes ? » Il me regarda en souriant. « Il y en avait de très belles. Tu aurais eu de la concurrence. » J'esquissai un sourire à mon tour, flattée. Le message était clair, c'était de moi dont il parlait, sinon il ne m'aurait jamais regardé à ce moment là pour lui répondre. « On peut se voir demain Bonnie ? J'aurais quelque chose à te dire. » Il allait donc la quitter demain. Il avait raison quand il m'avait assuré qu'il lui dirait bientôt. C'était un homme de parole. « Je dois sûrement avoir une tenue à toi ici aussi... Quelque chose de plus.. décontracté que cette robe. » Il venait de raccrocher et s'adressait désormais à moi. « C'est fort probable. Je vais aller regarder. » répondis-je alors, commençant à me mettre en route. « Et ne t'en fait pas, je ne vais pas mettre de bordel dans ton armoire. » lançai-je à mi hauteur du couloir. Une fois dans la chambre de mon meilleur ami, j'ouvris son armoire dans le but de rechercher un vêtement à moi. Heureusement, je trouvai facilement une robe m'appartenant, bien plus simple et décontractée que celle que j'avais en ce moment. Je m'apprêtai donc à retirer mon vêtement mais manque de chance, ma fermeture éclair resta bloquée. Et merde. Puis étant donné qu'elle se trouvait dans le dos, j'avais un peu de mal à y accéder. Du coup, je ne savais pas trop comment faire, à moins que... « Emrys, tu peux venir s'il te plait ? » m'exclamai-je assez fort pour qu'il m'entende. J'attendis ensuite qu'il arrive pour lui demander son aide. Une fois qu'il fut près de moi, je me tournai dos à lui. « J'ai un problème avec la fermeture éclair, tu veux bien m'aider ? » Pour plus de facilités je relevai mes cheveux, lui permettant ainsi une meilleure visibilité. « Bonnie a mené son enquête ? » demandai-je avec un brin d'humour. « Tu penses qu'elle se doute de quelque chose ? »

_________________

Un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emrys Daniels

avatar

Messages : 171
Avatar : Ian Somerhalder.
Credits : Eléa ; Nothing Else Matters (avatar).
Poste : Ingénieur en police scientifique.
Statut : En couple.
Age : 27

MessageSujet: Re: #1742. I KNEW I LOVED YOU. (-16)   Sam 18 Fév - 4:35

Citation :
You want commitment, take a look into these eyes. They burn with a fire, just for you now...



« C'est vrai qu'elle ne doit pas se douter une seule seconde que tu puisses être intéressé par moi. » En effet, c'était soudain et je m'étais toujours comporté d'une manière tout à fait amicale et naturelle avec Katniss en présence de Bonnie alors cette dernière ne pouvait se douter de rien. J'avais toujours du mal moi-même à réaliser ce qui était en train de se passer en moi, ces sentiments qui avaient fait surface, d'un seul coup, sans prévenir, alors que je la connaissais depuis des années... C'était totalement incompréhensible, mais d'un certain côté, c'est ce qui rendait notre relation d'autant plus magique. « Non, et je ne vais pas aller lui dire que c'est toi. Elle le verra par elle-même. » Ce qui arriverait probablement très vite, étant donné que Bonnie vivait dans l'immeuble voisin du mien. Nous étions donc souvent amenés à nous croiser sans l'avoir prévu forcément. Et je n'avais pas envie que cela devienne un problème après lui avoir annoncé la rupture. J'espère sincèrement rester en assez bon terme avec elle... Ce qui ne serait pas évident, je le savais d'avance. Quelques minutes plus tard, nous étions arrivés chez moi, je laissais Katniss se mettre à l'aise tandis que je répondais à Bonnie au téléphone. Cette dernière me posa plusieurs questions bien précises sur la soirée. Les gens qui étaient là, avec qui j'étais resté, s'il y avait de la bonne musique, de la bonne nourriture, des belles femmes... Sur cette question, je m'étais retourné vers Kat étant donné qu'elle était la seule que j'avais vraiment remarquée à la soirée, même si plusieurs amies m'avaient tapé à l’œil par leur beauté, mais ce n'était définitivement pas pareil. Après avoir raccroché, je proposai à Katniss de se changer, afin d'être plus à l'aise. C'est ce que je venais de faire et je sentais déjà la différence. Étrangement, je me sentais beaucoup mieux dans un jean que dans un pantalon de smoking. Ça faisait moins pingouin, au moins. « C'est fort probable. Je vais aller regarder. » Voilà qui était une bonne décision. « Et ne t'en fait pas, je ne vais pas mettre de bordel dans ton armoire. » Encore meilleure décision. De toute façon, elle me connaissait et savait qu'à moins de vouloir me faire râler intentionnellement, il ne fallait pas mettre du désordre dans mes affaires. Surtout mes fringues. « Vaut mieux si tu tiens à ta survie. » Répondis-je en plaisantant. Je profitai de son absence pour vérifier mes mails dans mon portable. Ils affluaient en général, et même le weekend. La majorité venait du boulot, d'autres étaient des conneries d'amis, d'autres encore de la publicité. Je jetai ensuite un coup d’œil à mon emploi du temps du lendemain. Je n'avais aucun rendez-vous le matin, mais un important l'après-midi avec un chargé de l'enquête sur laquelle je travaillais en ce moment. Pas de mort cette fois, seulement -si je puis dire- un cambriolage chez un riche propriétaire de la ville. Affaire qui avait bien parler d'elle à Charlotte. « Emrys, tu peux venir s'il te plait ? » J'archivai le message, posai mon portable et me dirigeai jusque dans ma chambre. Je vis Katniss ; elle affichait un petit air gêné. Non pas par ma présence évidemment, mais par quelque chose d'autre. Je compris vite de quoi il s'agissait lorsqu'elle se retourna pour me présenter son dos, à moitié nu. « J'ai un problème avec la fermeture éclair, tu veux bien m'aider ? » Je m'avançai vers elle, prêt à l'aider . « Voyons voir ça. » Mes doigts attrapèrent la fermeture d'un côté, le pan de tissus de l'autre, et je me concentrai pour débloquer le système. Ce n'était pas la première fois qu'elle me demandait ce genre de service, c'était déjà arrivé, alors je l'avais fait machinalement. Mais cette fois-ci, mon regard s'aventura un peu plus haut, sur cette nuque dénudée. Une petite vague de chaleur m'envahit le temps de quelques secondes, secondes pendant lesquelles mes doigts s'étaient immobilisés. « Bonnie a mené son enquête ? » Je ressentais un soupçon de désir pour elle, et elle me parlait de Bonnie. Je dus me reprendre pour considérer sa question. « Oui... Elle est toujours aussi curieuse. J'imagine que c'est une femme normale. » Murmurai-je en souriant tendrement. « Tu penses qu'elle se doute de quelque chose ? » Cette question effaça mon sourire. Tant que je n'aurais rien dit à Bonnie, je serais aussi ennuyé à ce sujet, c'était certain... « Pas le moins du monde, il me semble. Enfin je ne suis pas dans sa tête... Et peu importe, à vrai dire. » Je voulais vite en finir avec cette histoire. Peu importe ce à quoi pensait Bonnie. Elle pourrait s'imaginer tout ce qu'elle voulait, ça ne changeait rien à la vérité. Quelques autres secondes me suffirent pour finalement réussir à débloquer sa fermeture. Je la fis alors glisser le long de son dos, doucement, et j'admirai silencieusement cette chute de rein, que je n'avais jusqu'à alors jamais pris le temps d'observer. Heureusement que la fermeture éclair ne descendait pas plus bas encore, car je n'aurais pu contrôler mes réactions... Encore fallait-il que son dos ne me fasse pas grand chose, ce qui n'était pas le cas. Je recommençais à avoir envie de la serrer contre moi, de faire glisser mes lèvres sur elle... Sans que je ne le contrôle vraiment, ma main se leva vers son épaule, et je fis glisser la bretelle de sa robe, avant d'y approcher mon visage, mes lèvres... Elles se posèrent délicatement sur sa peau et y déposèrent un léger baiser, puis un autre, et un autre encore, en remontant vers son cou. Je sentis le plaisir que Katniss ressentait sous mes baisers, et cela eut le don de me stimuler encore plus. Mes lèvres se faufilèrent ensuite jusqu'à ses cheveux qui sentaient délicieusement bon, jusqu'à son oreille où mon souffle se perdit un peu plus. J'avais envie d'apaiser ce désir en moi, de lui procurer du plaisir, ce soir, là, mais la raison devait m'en empêcher. J'en avais déjà trop fait à l'insu de ma petite-amie, je ne devais peut-être pas aller plus loin... Même si le lendemain, ce serait terminé. Je ne savais pas, je ne savais plus. Mes yeux se rouvrirent sur elle, immobile. Ça serait tellement simple de s'abandonner à elle, et elle à moi. « Quelle torture... » Cependant, je réussis à trouver la force de me retirer, de m'écarter, après lui avoir déposé un dernier baiser dans le cou. « Change-toi vite et retrouve-moi dans le salon. » Sur ces paroles suaves, je me retournai et repartis dans le salon. Évidemment, j'essayai de me calmer, autant moralement que physiquement. Il y eut alors l'appel de la cigarette. J'ouvris un peu la fenêtre et en allumai une que je consommai en regardant, songeur, au loin. Une notification apparut sur mon téléphone et je me dis qu'il devait cesser de faire signe alors je l'éteignis. Les minutes passèrent, ma cigarette se terminait bientôt. Katniss avait du faire un tour dans la salle de bain entre temps. Après tout, elle était vraiment comme chez elle, là-bas. Un instant plus tard, j'avais refermé la fenêtre et je m'étais allongé sur le sofa, après avoir éteint toutes les lumières. Les yeux fixant le plafond, j'attendis qu'elle refasse signe. Des dizaines d'interrogations s’entrechoquaient dans mon esprit. A un soir près, seule la notion d'interdit différerait. Notion qui souvent, attire bien les cœurs en peine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katniss Blackwood
∫ Heaven is a place on earth with you.
avatar

Messages : 680
Avatar : Nina Dobrev.
Credits : Cosmic Love (pseudo), MARLEY SMITH. (avatar), tumblr (gif), Aaron (lyrics).
Statut : Célibataire.

❝ I feel homeless ❞
Multinicks.:
Jukebox.: Lana Del Rey - Video games.
Until now.:

MessageSujet: Re: #1742. I KNEW I LOVED YOU. (-16)   Sam 18 Fév - 6:44

Citation :

It's everything you wanted, it's everything you don't
It's one door swinging open and one door swinging closed
Some prayers find an answer
Some prayers never know
We're holding on and letting go


Saleté de fermeture éclair. A coup sûr, elle devait être coincée dans un morceau de tissu, ce qui expliquait pourquoi elle était bloquée. C'était bien ma veine. Si encore elle avait été sur le côté, j'aurais pu me débrouiller, mais comme elle était dans le dos et que j'avais un peu de mal à y accéder avec aisance, c'était râpé. C'est pour cela que je me décidai à appeler Emrys, et quelques instants plus tard, il arriva dans la chambre. Je lui demandai alors un coup de main puis relevai mes cheveux. « Voyons voir ça. » Je le sentis poser ses doigts sur ma robe, et je restai donc immobile, tenant toujours mes cheveux en l'air. Cela lui faciliterait ainsi la tâche et au moins, il n'y aurait aucun risque pour qu'un de mes cheveux ne se coince dans la fermeture. C'était loin d'être agréable. Alors qu'il sembla s'être arrêté, j'en profitai pour l'interroger au sujet de Bonnie, me doutant qu'elle avait dû lui poser tout un tas de questions. « Oui... Elle est toujours aussi curieuse. J'imagine que c'est une femme normale. » Une femme normale ? Était-il en train de sous-entendre qu'une personne de sexe féminin ne faisant pas preuve de curiosité était anormale ? Cette idée me fit sourire. J'étais donc normale moi aussi, d'après ses propos. « Donc nous avons les femmes trop curieuses d'un côté, soit les normales, et les femmes peu curieuses de l'autre, considérées comme anormales. » interprétai-je avec humour, réfléchissant moi-même à cette théorie loufoque. Et une femme n'étant ni trop curieuse, ni pas assez devait être qualifiée comment alors ? Réellement peu intéressée d'avoir une réponse à ce questionnement, je changeai de sujet pour en revenir à Bonnie, demandant cette fois-ci à Emrys s'il pensait qu'elle se doutait de quelque chose pour nous deux. « Pas le moins du monde, il me semble. Enfin je ne suis pas dans sa tête... Et peu importe, à vrai dire. » Une chose était sûre, la surprise serait de taille lorsqu'Emrys la quitterait et qu'elle découvrirait que c'était pour moi. Elle m'en voudrait sûrement mais je n'en avais que faire, son avis était loin de m'importer. « Peu importe, oui. » Reprenant là où il en était, mon meilleur ami réussit finalement à décoincer la fermeture éclair de ma robe, et commença à l'abaisser doucement. Il ne bougea ensuite plus et je fis de même, sentant la tension gagner la pièce. Lorsqu'il descendit une des bretelles de ma robe, j'esquissai un sourire. Et quand il embrassa mon épaule, je fermai les yeux, me sentant frissonner de part et d'autre. Il poursuivit ses baisers jusqu'à dans mon cou, ne faisant qu'augmenter mon désir pour lui. Il me procura de délicieuses sensations, notamment quand ses lèvres continuèrent leur chemin plus haut et que son souffle chatouilla mon oreille. Ma bouche s'entrouvrit légèrement, j'eus envie de plus. « Quelle torture... » Il s'éloigna alors de moi qui était toujours émoustillée. Mes paupières s'ouvrirent aussitôt et je pris quelques secondes afin de retrouver mes esprits. Une torture, c'était bien le mot. Il avait envie de moi comme je le désirai, mais pourtant, il ne voulait sans doute pas aller trop loin alors qu'il n'avait toujours pas quitté Bonnie. Et c'était compréhensible même si difficile. « Change-toi vite et retrouve-moi dans le salon. » J'approuvai en hochant la tête puis attendit qu'il soit sorti de la chambre pour me déshabiller et revêtir l'autre robe, beaucoup plus simple que la précédente. J'en profitai également pour faire un tour dans sa salle de bain, souhaitant me démaquiller et me rafraîchir un peu. Il n'avait certes aucun produit démaquillant, mais de l'eau et un peu de savon feraient l'affaire. Une fois mon visage nettoyé, je rejoignis le salon plongé dans l'obscurité. Seules les lumières extérieures éclairaient la pièce. Je n'eus donc aucun mal à constater qu'Emrys était installé sur le canapé, allongé de tout son long jusqu'à la petite table basse. Je m'installai à ses côtés et posai mon regard sur son visage. Il avait les yeux fixés au plafond et une question me brûla les lèvres. « A quoi tu penses ? » Il semblait réfléchir à quelque chose, et je me demandai donc à quoi. « Dis, est-ce qu'on doit se poser des limites jusqu'à ce que tu lui aies parlé ? » Inutile de préciser à qui je faisais allusion. « Parce que tu vois, je ne sais pas si j'ai le droit de faire ça par exemple... » J'approchai mon visage du sien afin de chercher ses lèvres, y déposant un doux baiser. « … ou ça... » Je m'assis sur lui, face à lui pour plus de facilités, une jambe de chaque côté. Mes lèvres se posèrent à nouveau sur les siennes pour un baiser plus langoureux tandis que mes mains s'occupèrent de déboutonner sa chemise à moitié ouverte, certains boutons cachant encore son torse. « Arrête moi si je vais trop loin... » lui murmurai-je à l'oreille avant de lui mordiller le lobe de celle-ci puis de poser mes mains sur son torse à présent entièrement dévoilé.

_________________

Un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emrys Daniels

avatar

Messages : 171
Avatar : Ian Somerhalder.
Credits : Eléa ; Nothing Else Matters (avatar).
Poste : Ingénieur en police scientifique.
Statut : En couple.
Age : 27

MessageSujet: Re: #1742. I KNEW I LOVED YOU. (-16)   Sam 18 Fév - 8:41

Citation :



Tease me
Please me
No one needs to know.




« Donc nous avons les femmes trop curieuses d'un côté, soit les normales, et les femmes peu curieuses de l'autre, considérées comme anormales. » Curieuses et analystes, visiblement... Sa déduction me fit rire, car je n'avais pas été aussi loin qu'elle dans la réflexion. « Si elles sont un peu curieuses, elles le sont quand même, donc normales toujours. Trouve-moi une femme pas curieuse... Impossible, vous êtes toutes pareilles à ce niveau. » Toujours à vouloir connaître les potins concernant telle ou telle personne, tel ou tel couple, à vouloir découvrir les moindres secrets, le passé du petit-ami... Oui, je n'en démordrais pas, elles sont toutes curieuses alors que les hommes, c'est connu, se fichent un peu plus de tout ça. Après tout, toute information vient à qui sait attendre le moment opportun pour la découvrir. Elle me demanda ensuite si Bonnie se doutait de quelque chose, ce à quoi je répondis négativement. Si elle s'était doutée de quelque chose concernant Kat, elle ne se serait pas faite prier pour m'en parler. L'instant d'après, je débloquais la fermeture éclair de sa robe et me laissais aller à quelques marques de tendresse qui se transformèrent bien vite en des marques de désir envers elle. Bien sûr, elle le comprit et je le lui fis comprendre par un mot bien significatif de la situation interdite dans laquelle nous nous trouvions. Même si j'avais envie d'elle, je me retins d'aller plus loin et la laissai se déshabiller puis se changer, avant de me rejoindre dans la pièce principale. A moitié allongé dans le sofa, je fixais un point au plafond sans le regarder précisément. Je divaguais, pensant à plein de choses à la fois. Ce que je désirais, ce qu'il ne fallait pas faire, ce qui pouvait peut-être se faire... Les minutes passèrent, sans que je ne trouve de réponse à mes interrogations. Silencieusement, Katniss fit apparition et vint prendre place à côté de moi. « A quoi tu penses ? » Cette question coulait de source, je me rendis compte que je devais avoir l'air très songeur. Ma tête se redressa et je tournai mon visage vers elle, avec un petit sourire, faible. « Est-ce que la réponse à cette question t'intéresse vraiment ? » Demandai-je, quelque peu malicieux. Elle savait très bien à quoi je pouvais penser. A tout ça, toute cette histoire qui nous entourait, elle et moi. Je n'avais pas besoin de le lui préciser, surtout en sachant que Bonnie serait présente dans mes propos. « Dis, est-ce qu'on doit se poser des limites jusqu'à ce que tu lui aies parlé ? » Mes yeux la scrutèrent, j'eus soudain plus d'intérêt pour sa nouvelle question. Avant que je n'ai eu le temps de répondre quelque chose, je la vis s'approcher. « Parce que tu vois, je ne sais pas si j'ai le droit de faire ça par exemple... » Dit-elle avant de m'embrasser chastement. « … ou ça... » Complètement à sa merci, je la laissai venir sur moi, une jambe de part et d'autre des miennes. Je ne savais plus où poser mon regard, sur ses cuisses découvertes, sur la naissance de sa poitrine, sur son visage... A nouveau, elle vint capturer mes lèvres, mais ce baiser fut moins doux, plus passionné que le précédent. Je savais Katniss raisonnable en général, et sensée. Aussi, la voir chercher à m'avoir de la sorte me poussa à croire que j'avais peut-être tort de résister. Mon cœur était à elle, je ne désirais pas le moins du monde tromper Bonnie... Alors que devais-je faire ? Les battements de mon cœur battaient à un rythme effréné, pompant un maximum de sang à chaque fois. A nouveau, j'eus chaud, surtout lorsqu'elle commença à finir de déboutonner ma chemise. Je la regardai faire, me délectant par la même occasion de cette sensation d'excitation qui me prenait. « Arrête moi si je vais trop loin... » Katniss voulait me pousser à bout, elle désirait que je craque, c'était certain. Avait-elle perdu la raison ou pensait-elle que c'était raisonnable ? Je n'en avais aucune idée et la notion de raison disparaissait peu à peu. Me mordiller le lobe de l'oreille avait toujours le même effet ; plusieurs frissons parcoururent mon corps et c'en était fini de ma raison. « Tu es intenable ce soir... » Mes mains se posèrent sur ses cuisses. Oh, je remarquai bien son regard gourmand lorsqu'elle posa ses mains sur mon torse. Katniss était littéralement prête à le faire, quoi que ce soit. Un sourire en coin s'esquissa sur mes lèvres. A mon tour, je suivis du regard les lignes de son corps, tandis que le bout de mes doigts les traçaient en même temps. Ses hanches, sa taille... « Tu ne sais pas si tu as le droit, mais tu le fais quand même, c'est facile, tu ne crois pas ? » Lorsque j'arrivai à ses seins, je savourai sans retenu la vue qui s'offrait à moi, avant de recroiser son regard à elle, impatient. Je me redressai alors, quittant le dossier du sofa, et me rapprochai de son corps à elle. Mes mains se posèrent sur ses deux seins et doucement, elles épousèrent leur forme, tandis que mes deux lèvres capturèrent sa lèvre inférieure, avec envie. Puis elles se déplacèrent sur sa joue que je frôlai juste, et son oreille... « Je ne suis pas encore libre pourtant... Alors pourquoi me tenter ? » Je l'embrassai à nouveau dans son cou, puis sur son épaule... Mes mains étaient redescendues vers ses cuisses, et elles se faufilèrent sous sa robe, un peu plus loin, un peu plus loin... Je relevai mon regard vers le sien. « Parce que tu es sadique... Ou alors parce que tu ne tiens plus, simplement... En tout cas, tu n'es pas sage, Katniss. » Je lui adressai un petit sourire, finalement. Son frère serait bouillant de rage s'il nous voyait et cela me contribua à raviver mon sourire, étrangement. En réalité, autant Kat que moi étions attirés par cet interdit que représentait notre relation. Sans quitter son regard, mes mains attrapèrent le bas de sa robe, et rapidement, je la lui ôtai, laissant ainsi Katniss seulement vêtue de sa culotte. La vue de son corps presque nu sur moi fit grimper mon excitation à son maximum. Elle était si belle, si désirable. Sa poitrine, son ventre étaient parfaits. J'eus envie qu'elle soit mienne, tout de suite, qu'elle fasse de moi tout ce qu'elle désirait. Je saisis son visage entre mes mains et l'embrassai à mon tour, avec ardeur, pendant plusieurs secondes. L'une de mes mains caressa ses cheveux, l'autre se glissa dans le bas de son dos, sur ses fesses... Je me reculai un peu et la regardai amoureusement, avec envie. « Mais c'est trop tard, tu as déjà été trop loin. » Doucement, ma main glissa vers son intimité, toujours recouverte. Mes doigts s'aventurèrent vers le point sensible et je guettai discrètement sa réaction, pour finalement insister un peu plus sur mes caresses... « Arrête-moi si je vais trop loin... » Soufflai-je sous le ton de la plaisanterie, en rappel à ce qu'elle venait de me dire aussi. Comment peut-on refuser quelque chose que l'on désire plus que tout ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katniss Blackwood
∫ Heaven is a place on earth with you.
avatar

Messages : 680
Avatar : Nina Dobrev.
Credits : Cosmic Love (pseudo), MARLEY SMITH. (avatar), tumblr (gif), Aaron (lyrics).
Statut : Célibataire.

❝ I feel homeless ❞
Multinicks.:
Jukebox.: Lana Del Rey - Video games.
Until now.:

MessageSujet: Re: #1742. I KNEW I LOVED YOU. (-16)   Sam 18 Fév - 12:31

Citation :

It's you, it's you, it's all for you
Everything I do
I tell you all the time
Heaven is a place on earth with you


« Si elles sont un peu curieuses, elles le sont quand même, donc normales toujours. Trouve-moi une femme pas curieuse... Impossible, vous êtes toutes pareilles à ce niveau. » Pas con. Quant à sa requête, il m'en demandait une bonne. C'est vrai qu'il était difficile de trouver une femme qui n'était pas curieuse de nos jours. Cela devait sans doute exister, mais être néanmoins très rare. Enfin heureusement, il ne s'agissait en aucun cas du pire défaut au monde, à moins qu'elle ne soit maladive, et encore. « Mais vous adorez ça de toute manière, ça fait partie de notre charme. » affirmai-je haut et fort, certaine de la véracité de mes propos. Il n'y avait pas l'ombre d'un doute selon moi. Puis, Emrys me laissa seule afin de me changer, ce que je fis avant d'aller me débarbouiller à la salle de bain. Je ne mis ensuite pas bien longtemps à le rejoindre au salon, me posant à ses côtés sur le canapé en cuir. Le voyant songeur, je fis justement ma curieuse en lui demandant à quoi il pensait, bien que j'en avais déjà une vague idée. Il me regarda alors, m'adressant un léger sourire. « Est-ce que la réponse à cette question t'intéresse vraiment ? » Un peu oui, puisque je le lui avais demandé. J'approuvai brièvement de la tête mais au lieu de lui répondre, j'en profitai pour enchaîner sur un autre sujet. S'il fallait que des limites soient imposées ou non le temps qu'il parle à Bonnie et qu'il mette fin à leur relation. Cependant, et ne me demandez pas pourquoi, je ne lui laissai même pas le temps de me répondre et l'embrassai chastement après lui avoir révélé que je ne savais pas si j'étais autorisée à faire ceci. Puis, naturellement, je pris place sur lui mes jambes de chaque côté, et défis les derniers boutons de sa chemise. Je ne me gênai d'ailleurs pas pour l'embrasser une nouvelle fois mais plus fougueusement, et lui mordiller le lobe de l'oreille. Je le prévins bien-sûr qu'il devait m'arrêter si j'allais trop loin, une façon à moi de le provoquer un peu plus. « Tu es intenable ce soir... » Il avait raison, j'étais loin d'être sage, mais un peu de folie ne faisait jamais de mal. Surtout que c'était la St Valentin, qu'il m'avait donné envie d'aller plus loin tout à l'heure et que la tentation était bien trop forte pour ne pas y céder. Ce que je faisais n'était peut-être pas moral vis-à-vis de sa petite amie mais franchement, je m'en fichais royalement. Et puis, Emrys allait la quitter dès demain donc à un jour près, je n'allais pas chipoter. Il posa ses mains sur mes cuisses alors que je caressai son torse musclé, les yeux pétillants de gourmandise. Mon meilleur ami était définitivement bien foutu, et si je l'avais déjà remarqué à de nombreuses reprises, je n'y avais pourtant presque jamais touché. En effet, la seule et unique fois remontait à quelques semaines, le soir où j'étais rentrée avec lui, que je l'avais embrassé et que la suite s'était rapidement enchaînée. Néanmoins, la sonnerie de son téléphone portable nous avait coupé dans notre élan. J'espérai que ce soir, rien ni personne ne ruinerait tout ça. « C'est peut-être le gingembre dans le fondant au chocolat. » prétextai-je en souriant malicieusement. Toutefois, je penchai plutôt pour mon désir et amour pour lui que j'avais du mal à taire, tout particulièrement depuis avant. Il frôla de ses doigts mes hanches, me faisant un peu plus sourire. Il était clair que je n'étais pas la seule à éprouver du désir. « Tu ne sais pas si tu as le droit, mais tu le fais quand même, c'est facile, tu ne crois pas ? » Peut-être. Pour une fois, je faisais ce que bon me semblait, ne prenant pas la peine de réfléchir à ce qui était bien ou non. Emrys dévora ma poitrine des yeux, et il dû comprendre mon impatience puisqu'il se rapprocha de moi, ses mains se plaquant contre mes seins seulement recouverts par ma robe. Je n'avais pas mis de soutien-gorge ce soir, cela aurait fait bizarre avec ma robe de soirée, donc bon. Je fermai doucement les yeux lorsqu'il s'empara de ma lèvre inférieure avec les siennes, et que celles-ci me caressèrent la joue puis l'oreille. « Je ne suis pas encore libre pourtant... Alors pourquoi me tenter ? » Parce que j'avais envie de lui, tout simplement. Et que j'avais bien du mal à me tenir correctement, surtout que nous n'en étions au stade de simples meilleurs amis. Ses lèvres continuèrent leur brin de chemin dans mon cou et sur mon épaule, m'arrachant une multitude de frissons. Et quand ses mains remontèrent sur mes cuisses, je sentis mon bas-ventre s'embraser. « Parce que tu es sadique... Ou alors parce que tu ne tiens plus, simplement... En tout cas, tu n'es pas sage, Katniss. » Disons l'un et l'autre. Je le testai, mais pas seulement. J'étais contente de le voir réagir à mes paroles et à mes gestes, me prouvant qu'il en avait tout autant envie que moi. Il ne pouvait pas prétendre le contraire, c'était pire que flagrant. « Ne fais pas l'innocent, tu es bien content que je ne sois pas sage... parce que l'interdit est tout ce qu'il y a de plus excitant. » conclus-je avec audace, mes mains toujours posées sur son torse. Suite à cela, il me retira ma robe et je me retrouvai donc uniquement vêtue d'une petite culotte rouge. C'était bien la première fois que je me retrouvai aussi peu habillée face à lui si on oubliait la période de l'enfance où nous partagions nos bains. Là, ça n'avait plus du tout rien à voir. Nos lèvres s'unirent à nouveau, tout comme nos langues, qui ne s'ennuyaient jamais de jouer ensemble. J'approfondis le baiser en sentant sa main baladeuse dans mon dos puis sur mes fesses. « Mais c'est trop tard, tu as déjà été trop loin. » La façon dont il m'observa fit de moi la femme la plus heureuse au moins. C'était de l'envie mais surtout de l'amour qui brillaient dans ses yeux, et quoi de plus beau venant de l'homme dont j'étais amoureuse depuis si longtemps ? « Autant ne pas s'arrêter en si bon chemin, alors. » proposai-je d'une petite voix suave. A ce moment là, sa main qui était posée sur ma cuisse se faufila vers mon intimité. Bien que toujours recouverte, il débuta de petites caresses qui se firent un peu plus généreuses au fil des secondes. « Arrête-moi si je vais trop loin... » Je me mordillai doucement la lèvre inférieure, et des gémissements sortirent de ma bouche, traduisant mon excitation. « Au contraire... continue. » Je fermai les yeux un instant, mes mains venant caresser ses cheveux. Mon plaisir grimpait, mais ce fut encore insuffisant. Ouvrant les yeux, je vins embrasser son torse pendant quelques instants avant de remonter jusqu'à son cou que j'embrassai également. J'en profitai pour le mordiller, suçotant le bout de chair. C'était certes osé de lui faire un suçon sachant qu'il voyait sa future ex demain, mais je n'avais su me contrôler. Une fois mon travail accompli, je rejoignis ses lèvres que j'embrassai avidement à mesure que je lui retirai sa chemise. « Tu es encore trop habillé, ce n'est pas équitable... » Aussitôt dit, mes mains descendirent plus bas, s'occupant de défaire sa braguette. J'essayai de lui enlever son jean mais étant sur lui, j'eus un peu de mal. Du coup, je descendis du canapé et m'accroupis à ses pieds pour lui retirer amplement le vêtement. Satisfaite, je repris ma position initiale sur lui, souriant de toutes mes dents. Mes lèvres se posèrent sur son épaule sur laquelle je déposai des baisers, et une de mes mains se posa sur son intimité à travers son boxer. Joueuse, je commençai de petites caresses qui prirent un peu plus d'ampleur au fur et à mesure.

_________________

Un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emrys Daniels

avatar

Messages : 171
Avatar : Ian Somerhalder.
Credits : Eléa ; Nothing Else Matters (avatar).
Poste : Ingénieur en police scientifique.
Statut : En couple.
Age : 27

MessageSujet: Re: #1742. I KNEW I LOVED YOU. (-16)   Dim 19 Fév - 3:37

Citation :



Tease me
Please me
No one needs to know.




« Ne fais pas l'innocent, tu es bien content que je ne sois pas sage... parce que l'interdit est tout ce qu'il y a de plus excitant. » Voilà, elle avait posé les règles. Braver l'interdit pour l'excitation et l'authenticité améliorée. Elle n'avait pas tort, évidemment. Mon corps autant que mon esprit étaient tellement attirés, excités par elle que j'abaissai peu à peu les barrières. La suite de la soirée se dessinait enfin sous nos yeux. Je ne pensais pas une seconde que nous le ferions, pour dire vrai. J'entrevoyais tout au plus une soirée sous le signe de l'affection, sans feu d'artifice. Finalement, celui-ci allait avoir lieu... A me provoquer comme elle le faisait, elle allait tout gagner, tout ce qu'elle désirait. « Mais je suis innocent... Toi qui me remets toujours dans le droit chemin quand je divague, regarde-toi ce soir... » Répliquai-je en souriant. Après lui avoir enlevé cette robe qu'elle venait de mettre à l'instant, je la contemplai avec un regard dénué de retenue, bien au contraire. Je ne me gênai pas à observer la moindre de ses formes, que je n'avais jamais imaginé auparavant. C'était comme si je la redécouvrais sous un nouveau jour. Jamais je n'avais pensé que je la désirerais de cette manière, aussi intensément. « Autant ne pas s'arrêter en si bon chemin, alors. » Quel appétit... Elle m'arracha un petit rire et suivant son désir, je faufilai ma main jusqu'à cet endroit d'elle totalement inconnu encore pour moi. Mes doigts la caressèrent par dessus sa culotte rouge passion, et voyant qu'elle appréciait ça, je continuai en insistant un peu plus. Allais-je trop loin ? « Au contraire... continue. » Évidemment... Katniss prenait déjà du plaisir, cela se vit à son expression faciale, à ses frissons que je ressentais moi-même, à sa main dans mes cheveux qui m'incita à l'embrasser sur sa mâchoire, dans son cou... Je crevais d'envie de la voir s'exalter encore plus sous mes gestes, sous mes regards aussi bien friands qu'amoureux. Je désirais que cette première fois soit mémorable, aussi puissante et tendre que notre relation. Elle rouvrit les yeux, me poussa sur le sofa et m'embrassa sur mon torse, puis un peu plus haut... Une fois qu'elle fut à mon cou, je sentis ses dents me mordiller un peu, puis un peu plus fort. Je gémis et mes mains se cramponnèrent à ses cuisses sous le coup de la pression. Je ne pensai pas une seconde à Bonnie qui pourrait voir cette marque le lendemain, et même si j'y avais pensé, je n'aurais jamais empêché Katniss de le faire, sa passion m'étant bien trop chère comparée à la réaction de la blondinette. Kat se redressa et m'embrassa à nouveau avec ardeur, tout en me retirant ma chemise. Je l'aidai dans sa tâche en me redressant aussi. « Tu es encore trop habillé, ce n'est pas équitable... » Je m'étais délecté de cette vision d'elle presque nue, voilà qu'elle voulait équilibrer les choses. Je souris en la fixant elle tout d'abord, puis ses mains qui s'attaquaient à la braguette de mon jean. Malgré notre relation purement amicale et ce depuis des années, je n'étais pas le moins du monde intimidé par la situation. Au contraire, j'avais envie qu'elle me débarrasse de ce vêtement déjà insupportable depuis plusieurs instants. Je n'étais pas pudique, par ailleurs, alors je n'allais pas l'être ce soir, avec elle. Je voulais me donner à elle, ça voulait tout dire. Katniss s'accroupit à mes pieds pour retirer mon jean, ce qui me décrocha un rapide sourire malicieux. Elle remonta sur moi, sans me retirer mon boxer. Peut-être voulait-elle me faire patienter, aussi... Ses baisers reprirent de plus belle et étrangement, me comblèrent, tous autant les uns que les autres. Je sentis sa main se poser sur ma virilité déjà dressée depuis longtemps par l'excitation. Ses caresses devinrent rapidement de plus en plus insistantes, ce qui me procura des vagues de frissons, de chaleur. Je me mordis la lèvre inférieure en la regardant, puis me redressa légèrement pour venir capturer ses lèvres, et son visage avec mes mains. Pendant un instant, je cessai le baiser et la regardai, silencieusement, yeux dans les yeux. Mon pouce caressa sa joue, puis je glissai ma main dans sa chevelure brune, rebasculant ma tête en arrière, noyé dans le plaisir ressenti. Ça devint bientôt trop intense, alors j'attrapai se main et la fis cesser ses caresses, avant de la faire basculer toute entière, pour qu'elle se retrouve finalement à ma place, assise sur le sofa et moi entre ses jambes, genoux au sol. Je fis glisser ma main sur sa poitrine, sur son ventre, et je retirai doucement sa culotte avant de la jeter sur le côté. Katniss ne semblait pas très intimidée non plus, ou peut-être juste un peu, remarquai-je en croisant son regard. J'attrapai ses mains, l'attirai un peu vers moi en croisant ses doigts aux miens. Puis je l'embrassai tendrement sur sa bouche, avant de descendre le long de son corps, petit à petit. Je m'attardai un peu plus sur ses seins que mordillai doucement, puis mes lèvres ainsi que ma langue se firent un chemin le long de son ventre tandis qu'elle se recouchait contre le dossier du sofa. Je cherchai son regard brièvement et celui-ci m'incita à aller plus loin, alors je caressai ses cuisses, les encerclai avec mes bras pour finalement aller caresser son ventre, tandis que ma bouche s'aventura sur son sexe, plein d'envies, que j'embrassai d'abord, avant de laisser ma langue venir titiller les parties sensibles. S'ensuivit alors plusieurs minutes où je tentai de lui procurer le plus de plaisir possible. L'une de ses mains se joignit d'ailleurs à la mienne entre temps, signe que ça devait être agréable... Je finis par m'arrêter avant que ça ne devienne trop puissant. Après quelques baisers sur l'une de ses cuisses, je sentis un frisson me parcourir, sûrement dû à mon envie d'elle grandissante. Je me levai et l'attirai à moi en tirant sa main vers moi. « Viens.. » Nue contre moi, je l'embrassai avec fougue, passion et reculai en même temps jusque dans ma chambre dont je fermai la porte derrière notre passage et une fois que nous fûmes à côté du lit, je retirai rapidement mon boxer et l'entrainai avec moi sur le lit. Plongés dans notre désir de l'un de l'autre, nous basculèrent, elle sur moi, moi sur elle, elle sur moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: #1742. I KNEW I LOVED YOU. (-16)   

Revenir en haut Aller en bas
 
#1742. I KNEW I LOVED YOU. (-16)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (F/LIBRE) I KNEW THAT YOU WOULD BE ALIVE.
» Faith ☾ A heart that's broke is a heart that's been loved

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
empty words and blind trust :: Charlotte, North Carolina :: Baxter Street-
Sauter vers: